Schopenhauer, l'énergumène de la philosophie

Schopenhauer, l'énergumène de la philosophie

L'auteur du Monde comme volonté et comme représentation excède de loin le pessimismeet l'esthétisme où on l'a confiné. Ses Parerga et Paralipomena, enfin réédités en français, le confirment : s'il est souvent arbitraire, contradictoire ou de mauvaise foi, sa métaphysique « empirique » a esquissé, entre autres, les révolutions intellectuelles opérées plus tard par Darwin et par Freud.

Ce n'est que dans les dix dernières années de sa vie qu'ArthurSchopenhauer voit s'élever l'aura de la gloire, immense, qui va finir par submerger son nom à la fin du XIXe siècle, quand il devient une des références obligées de tous les décadents et symbolistes (lire p. 68). Il attendait ce moment depuis toujours, en vain. Quand, à la fin de 1818, à 30 ans, il publie son grand oeuvre, Le Monde comme volonté et comme représentation, il croit que celui-ci va révolutionner dans l'instant la pensée, car il y délivre, selon lui, « la clé de l'énigme de l'univers » et une solution définitive au « grand problème de l'existence ». Mais le succès n'est pas au rendez-vous. L'ouvrage n'a eu droit à aucune recension ; et, dix ans après sa parution, sur les 800 exemplaires imprimés, il en reste encore 150, sans compter les centaines que son éditeur a dû détruire parce que prenant trop de place sur ses étagères.

Carrière prometteuse

Armé d'une confiance en lui i ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes