L'Éden sans rivage

L'Éden sans rivage

Auteur du livre culte Au-dessous du volcan , Malcolm Lowry a aussi composé de nombreux récits ainsi que des poésies, enfin éditées intégralement. Une oeuvre placée sous le signe de l'échec et de la disparition.

À l'exception d'Au-dessous du volcan, tout roman de Lowry n'est que retour sur une disparition : la jeunesse et l'ambition, l'amour et l'alcool, l'amitié et le sens de la vie, la solitude et soi... Un faisceau de ratages. Autrement dit, la démarche devient obsessionnelle, et d'une manière irréfragable. Nul instant, nul espace n'échappe à la contamination de l'illusion misérable ou du lamento sarcastique. L'oeuvre pourrait s'intituler, puisqu'il pensait lui donner un titre d'ensemble, « Danse autour du volcan ». Comme une danse expiatoire d'Indiens ? Il meurt de barbituriques et d'alcool en Grande-Bretagne en 1957 ; une ou deux décades de plus dans les décombres peut-être se serait-il écrié, rageur comme ses poèmes hachés : « Alors ! et la Rédemption, bordel ? » Elle serait là, crut-il, feignit-il de croire, dans les pins et les brumes de Gabriola, au nord de Vancouver. Qui promettait encore un peu d'Éden...

Pas un roman pourtant qui échappe à la longue expérience mexicaine. S ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard