L'écriture bien tempérée

L'écriture bien tempérée

À en croire les critiques de son temps, Zola écrit mal, tout en force et sans grâce. On reproche au romancier un style outrancier qui recherche de puissants effets ; on fustige les hyperboles qui faussent l'expression en l'exagérant ; on argumente contre l'usage du style indirect libre qui contamine les passages narratifs par la langue populaire des ouvriers parisiens (L'Assommoir) ; on regrette les personnifications d'objets et de lieux dans les romans alors que les portraits tendent à mécaniser la représentation du vivant. Ces arguments critiques fustigent une énergie mal maîtrisée qui rendrait impossible toute écriture raffinée de la sensation et du sentiment, en nuisant même à la formation intellectuelle et civile des lecteurs.

Dans ses développements théoriques en matière de style, Zola formule le voeu d'une langue idéale, d'« une langue nette », « quelque chose comme une maison de verre laissant voir les idées à l'intérieur» (Les R ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes