L'âne mort

L'âne mort

Dans une cité alanguie où fonctionnaires, citoyens ordinaires et profiteurs de tout poil s'épient, faire disparaître un âne mort relève de la gageure. Trois Algérois à la jeunesse qui s'effiloche le découvrent à leurs dépens, alors qu'ils tentaient une combine de plus pour enfin devenir riches. Ils doivent donc extraire la carcasse du baudet du chaos de la capitale à l'aide d'un antique break bleu. Regorgeant de bons mots sur les travers de la société algérienne, l'entame brillante de ce troisième roman d'un journaliste local, fameux pour ses caricatures, évoque une satire politique découpée comme un film à sketchs. Mais le propos prend de la hauteur à mesure que l'équipée s'élève vers les monts Djurdjura et y croise des figures aux routines tout aussi déconcertantes. Tels le libraire Izouzen, qui assassine ses épouses successives, son voisin Achour, physicien servile auquel il commande des livres parfaits, ou Slim, braconnier qui provoque des éboulements par jeu. Tandis que se fiss ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes