Kwasi Wiredu Ghana, 1931

Kwasi Wiredu Ghana, 1931

Avec son idée de « décolonisation conceptuelle », il est l'intellectuel pivot de la nouvelle pensée africaine.

né à Kumasi - la capitale historique de l'Empire ashanti -, formé à la philosophie analytique à Oxford puis enseignant dans les universités américaines, Kwasi Wiredu est le philosophe qui a donné le la à toute la nouvelle pensée africaine. Il a influencé aussi bien les anglophones que les francophones, comme le Camerounais Achille Mbembe et le Sénégalais Souleymane Bachir Diagne. Intellectuel « à cheval » sur l'Afrique et l'Occident, il rejette à la fois le repli de la pensée africaine sur des valeurs prétendument autochtones - ce qu'on a appelé parfois l'« afrocentrisme » - et son alignement sans distance sur les concepts occidentaux. Il entend, d'un côté, la débarrasser de ses aspects « tribaux » les plus caricaturaux qui l'empêchent de devenir une vraie pensée ; de l'autre, déloger en elle les épistémologies importées qui l'ont déformée.

Auteur d'études fondamentales sur la philosophie africaine ancienne, telles que son essai sur « le concept de l'esprit ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon