King size

King size

Écrivain populaire ou écrivain tout court ? Évaluation d'un phénomène qui mérite sa place au Panthéon.

dans une interview donnée il y a quelques années à Rolling Stone, Stephen King affirmait croire au « mal », mais reconnaissait ne pas savoir s'il était question d'une force exogène, dédiée à notre complète destruction, ou si le problème, procédant d'un facteur génétique ou environnemental, relevait de notre responsabilité. Dans le même entretien, un peu plus loin, il semblait pencher finalement pour la seconde hypothèse. « Plus je vieillis, moins je crois que ça vient de l'extérieur. Je pense que ça vient des gens. Et si nous ne réagissons pas, tôt ou tard, nous nous tuerons nous-mêmes. »

À force de côtoyer les démons, les chiens enragés et les femmes puissantes, l'enfant de Portland s'est mué malgré lui en prophète. Comme l'écrit Bret Easton Ellis dans le très kingien Lunar Park, « ce n'est pas très bon signe ». Une question, cependant : peut-on, en matière d'auscultation du monde, prendre un écrivain d'horreur au sérieux ?

Brouiller les ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes