Kertész décortiqué

Kertész décortiqué

Paris (5e). Les 4 et 5 octobre. Déporté à Auschwitz, répudié par les communistes hongrois, couronné du prix Nobel à Stockholm en 2002, Imre Kertész est l'auteur d'une oeuvre où la recherche formelle, la réflexion éthique et l'humour procèdent d'un même mouvement salvateur.

Cette oeuvre complexe, qui mêle journaux, essais et romans, fait l'objet d'un colloque international au Collège de France et à l'ENS, les 4 et 5 octobre prochains. La première matinée sera consacrée à son contexte politique et littéraire (avec notamment une conférence en anglais de Sára Molnár, « How to tell about identity, freedom or happiness in Auschwitz ? Kertész's "false notes" »). L'après-midi explorera les liens entre création littéraire et connaissance philosophique (avec entre autres une conférence en hongrois de Péter Szirák sur la notion de destin, centrale chez Kertész). Le lendemain, les intervenants s'intéresseront en matinée aux questions liant éthique et forme, et analyseront, l'après-midi, l'écriture de la vie. Parmi les participants : Florence Noiville, Guillaume Métayer, Michel Deguy, Frédéric Worms...

www.fabula.org/actualites/im ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon