Kafka/Walser : un air de parenté

Kafka/Walser : un air de parenté

Il existe une lointaine et obscure convergence entre Kafka et Robert Walser. Ils partagent la même sensibilité et revendiquent tous deux le même écart fondamental avec le monde. Histoire d'une étrange ressemblance.

Tout tournait autour de tirages d'environ mille exemplaires. Du premier livre de Kafka, Betrachtung , imprimé à 800 exemplaires, il restait un stock de 500 exemplaires après quelques années, qui fut proposé de nouveau comme « seconde édition ». Et pourtant ils avaient le sentiment que la littérature se jouait entre eux. Et ils n'avaient pas tort. Ils étaient ignorés par le monde, mais l'un pouvait déjà avoir l'impression d'être le pair de l'autre. Quand la revue Hyperion publie en 1908 les premières proses brèves de Kafka, le directeur de la revue, Franz Blei, dut rassurer un de ses collaborateurs sur le fait que Kafka n'était pas Robert Walser et qu'il existait vraiment. Blei écrivit à Heymel en ces termes : « Kafka n'est pas Walser mais en réalité un jeune homme de Prague qui s'appelle ainsi. » En se révélant au monde, l'écrivain le plus irréductible dans sa singularité de tout le siècle passait pour un autre écrivain qui ne ressemb ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé