Kafka, piéton de Paris

Kafka, piéton de Paris

K afka a toujours aimé voyager. Il ne se contente pas longtemps de passer ses vacances dans sa famille dans différentes régions de la Bohême. Dès que cela lui est possible il part avec Max Brod, son frère Otto ou encore Felix Weltsch en Italie, en Suisse, en Allemagne, au Danemark. Il se rend aussi à Venise, à Trieste, qui est alors le grand port de l'Autriche-Hongrie sur la Méditerranée et à Weimar, pour voir la maison de Goethe, qu'il dessine pieusement.

Il se rend pour la première fois à Paris en 1910. Mais il doit écourter son séjour car il souffre d'une crise de furonculose. L'année suivante, après avoir traversé la Suisse et avoir quitté précipitamment Milan où sévit la malaria, il prend alors le train pour rejoindre Paris, où il arrive au début du mois de septembre. Il brosse de la ville un singulier panorama dans ses carnets : « Paris est rayé : les hautes cheminées minces qui se développent à partir de cheminées plates, les petites cheminées ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes