K comme Chance

K comme Chance

Un roman philosophique à la russe traverse les États-Unis des années 1960-1970. Une histoire de famille.

« Papa est assis dans son fauteuil [...]. Plus tard, quand il se lèvera, il deviendra plein de choses - une chemise de flanelle, une ceinture en cuir, un pantalon ample brun clair... -, mais pour le moment il forme un tout : un sol, une région, une planète. » Dès les premières phrases, Les Frères K de David James Duncan annoncent les deux grandes forces qui s'affronteront peu ou prou tout au long des 800 pages suivantes : au coeur d'une famille - et par extension d'un pays - se tient un duel permanent entre l'union et l'éparpillement, l'esprit de corps et la discorde.

Les « frères K » s'appellent en réalité les frères Chance. Première divergence. Une deuxième : alors q ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Pour pour les fêtes, offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire !