Jusqu'au sang

Jusqu'au sang

Une fantaisie dans un théâtre hanté sous le haut patronnage de Dracula et de Jack l'Éventreur.

Tout le monde connaît aujourd'hui Bram Stoker, le père de Dracula. À la fin du XIXe siècle, pourtant, les noms de Henry Irving (tragédien shakespearien) et d'Ellen Terry (« l'actrice la mieux payée d'Angleterre ») parlaient bien davantage au grand public. Le Bal des ombres est le récit, spectaculairement baroque, de leurs aventures et avanies communes. Bram, venu de Dublin, est devenu l'assistant du pompeux Henry, directeur de théâtre. Ellen, « l'incarnation de la grâce », virevolte et cabotine. Les deux hommes tombent irrémédiablement sous son charme, et cette brillante compagnie s'agite dans les coulisses enténébrées du Lyceum, à Londres, où rien, semble-t-il, ne permet plus de distinguer les comédiens de leurs personnages. Douce malédiction...

Nous sommes en 1878, ou en 1888, en 1897, en 1905, qu'importe ! et Joseph O'Connor s'en donne à coeur joie. Son roman est un patchwork, un réjouissant fouillis de journaux, lettres, articles, extraits de pièces ou ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes