Jupiter et son peuple

Jupiter et son peuple

Assis sur son trône, Jupiter regarde le peuple. Son peuple. De temps en temps, il daigne descendre de ses hauteurs pour s'y frotter, voir à quoi il ressemble. Lui qui a gravi toutes les marches de l'Olympe, du théâtre à l'ENA et de Bercy à l'Élysée, se permet de donner quelques petits conseils repris en choeur par la claque des soupirants. Traversez et vous trouverez du boulot, passez vos examens avant de l'ouvrir, roulez super plutôt que diesel. À ceux qui lui reprochèrent d'inviter la Casquette rouge à son premier bal du 14 Juillet, il fut répondu que c'était bon pour l'Iran et meilleur encore pour la COP 21. Un an et demi plus tard, l'Iran se meurt, et le climat est au plus mal. On a dansé pour rien. Le plus grand mérite de Jupiter, depuis dix-huit mois, c'est d'avoir fait du Sénat le temple de l'opposition institutionnelle. Il fallait y arriver !

Ce qu'il a merveilleusement réussi, Jupiter, c'est sa prise de pouvoir. Un peu comme Napoléon le neveu, avant le coup d'État : ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Une jolie fille comme ça », Alfred Hayes (Folio)

Disparition

Andrea Camilleri  © Associazione Amici di Piero Chiara

Andrea Camilleri
L'écrivain italien nous a quittés à l'âge de 93 ans

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine