Journal du dragueur

Journal du dragueur

L'écriture de Junot Díaz vous alpague et vous place là où personne n'aime se trouver : au milieu d'une dispute de couple. La fille pleure et le mec est de mauvaise foi - sans compter qu'il vous prend à partie. Parfois, c'est pire, l'emploi du « tu » te transforme en enfoiré qui trompe sa copine avec tout ce qui frétille - mais te voilà tombeur et ça te fait marrer : « Toi, Yunior, tu as une petite amie qui s'appelle Alma, elle a un long et tendre cou de jument et un gros cul de Dominicaine qui a l'air d'exister dans une quatrième dimension au-delà de son jean. » D'autres fois, le regard s'éloigne et les scènes racontées sont des crève-coeurs l'air de rien. Dans chacune des neuf histoires de ce Guide du loser amoureux, le lecteur va et vient, ballotté par une langue qui mixe anglais et espagnol comme mots d'argot et mots des livres, une éloquence contemporaine pour traverser l'intemporel : l'amour, rayon infidélité, option macho.

Ce sont des nouvelles, ici rassemblées ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard