Journal de trêve

Journal de trêve

Écrire, selon Frédéric Berthet, c'est « pouvoir se passer du salut », « se sortir de l'eau soi-même en se tirant par les cheveux ». Il a 25 ans, en 1979, lorsqu'il consigne dans son Journal de trêve que quelque chose en lui « est un oiseau de proie qui ne se posera pas ». Berthet s'est définitivement envolé en 2003 : « La mort pense souvent à moi. » Il laisse cinq livres magnifiques dont un recueil de nouvelles, Simple journée d'été, qui vient d'être réédité. Ces cinq titres, écrits entre 1986 et 1996, sont considérables pour leur qualité. Ils sont en germe dans ce Journal de trêve 1979-1982 que traversent les figures majeures de Fitzgerald et Kafka et qui rassemble des notes prises en vue d'un roman.

Personnages, scènes, aphorismes, plans, titres, réflexions diverses, fulgurances, ellipses : tout est juste, profond donc léger, drôle, intelligent, frappant et déchirant, lucide et frais. Il faut relever la subtilité de ses ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes