Jonathan Coe

Jonathan Coe

22 mai. Kundera et les femmes

Pourquoi Kundera a-t-il besoin de mettre à nu les femmes avec une telle minutie, une telle cruauté ? Et comment, d'ailleurs, a-t-il pu écrire un recueil d'articles de 150 pages sur le roman européen sans mentionner une seule femme écrivain à part Agatha Christie ? Je ne peux m'empêcher de penser que, si quelque chose va saper la réputation à long terme de Kundera [...], ce sera son androcentrisme débordant. J'évite le mot « misogynie » parce que je ne pense pas qu'il déteste les femmes, ou qu'il leur soit sérieusement hostile, mais il semble voir le monde d'un point de vue exclusivement masculin, ce qui restreint sa réussite comme romancier ou essayiste, qui sans cela aurait été sans limite.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine