Joan Tronto États-Unis, 1952

Joan Tronto États-Unis, 1952

La théoricienne américaine délivre une version politico-éthique de l'idée de care.

omniprésent dans le débat politique aux États-Unis, le care est un des parents pauvres du nôtre. Il n'y a guère que Martine Aubry qui l'ait évoqué, il y a longtemps et dans une version tronquée. Cette idée a émergé dans les années 1980 à la suite des travaux de la psychologue Carol Gilligan. Elle consiste à introduire au coeur de la philosophie éthique des valeurs d'abord identifiées comme féminines - le soin, l'attention à autrui, la sollicitude -, en s'intéressant aux relations sociales de dépendance et de vulnérabilité.

Dans Un monde vulnérable (1993), la politiste américaine Joan Tronto a généralisé le concept à un niveau politique, ce qui lui donne une tout autre allure. Elle définit le care comme cette « activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre "monde", pour que nous puissions y vivre aussi bien que possible ». Le care inclut donc les formes de soin accomplies par les ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon