Joachim Vital cultive sa Différence

Joachim Vital cultive sa Différence

Depuis 1976, l'éditeur portugais, ancien poète et traducteur, parvient à concilier équilibre financier et catalogue exigeant.

Pourquoi ai-je voulu être éditeur ? Ça reste pour moi un des mystères du monde, de mon monde, remarque Joachim Vital d'un air pensif. On dit souvent qu'on le devient par hasard. Pour moi, ce fut par nécessité. » Le parcours du directeur des éditions de La Différence a toujours été placé sous le signe de la littérature : né en 1948 à Lisbonne et condamné à l'exil en 1965, ce traducteur et poète débute dans l'édition en publiant des lithographies, qui l'amènent à se lier avec des peintres Hélion, Calder, Miró, Delvaux... avant de fonder, en 1976, une maison indépendante. À ses côtés, l'écrivain et historien d'art Patrick Waldberg et le philosophe Marcel Paquet, bientôt rejoints par Colette Lambrichs. D'emblée, l'homme affiche la volonté de « conjuguer art, littérature et poésie », comme en témoignent les premiers titres parus à La Différence : Les Demeures d'Hypnos de Patrick Waldberg, Les Origines de la statuaire de Chine de Victor Segalen, Pour l'amour de mourir, recueil des poésies ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard