Jeremy Rifkin États-Unis, 1945

Jeremy Rifkin États-Unis, 1945

Le héraut de la « troisième révolution industrielle » rêve aujourd'hui d'une éclipse paisible du capitalisme.

jeune étudiant à la fin des années 1960, Jeremy Rifkin était un activiste anti-guerre du Viêtnam, avant de se tourner vers la lutte dite alors « environnementale ». Un des premiers à parler de réchauffement climatique, à dénoncer le brevetage du vivant et les dangers de la biotechnologie naissante, etc., il a mené, avec sa « Fondation pour l'étude des tendances économiques » créée en 1978 (elle existe toujours), une réflexion sur notre futur parallèle, parallèle à celle de notre grand prévisionniste social André Gorz (1923-2007). Comme lui, il s'est ému de ce que le progrès technique pourrait ruiner l'objectif du plein-emploi et, comme lui, il s'est déclaré très tôt pour l'instauration d'un revenu universel de base.

Ces réflexions en ont fait le consultant international que l'on sait, conseil de firmes privées mais aussi de gouvernements, de régions, de la Commission européenne, etc. Avec une vingtaine de best-sellers publiés, son nom reste attaché à l'idée d'une

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes