J'entends des voix

J'entends des voix

« J'aime bien tenir compagnie aux morts : leurs caprices m'amusent. » Dès les premières pages, ces mots, tel un sommaire : J'entends des voix, dernière oeuvre écrite et dessinée de Frédéric Pajak, convie le lecteur à un voyage géographique et temporel aux côtés de ses complices, novices ou de toujours, comme ce cher Friedrich Nietzsche, figure omniprésente chez l'auteur, mais que ce dernier n'est toujours pas autorisé à tutoyer. « J'ai horreur de la familiarité », tranche le philosophe, que l'on découvre dans ce livre sous une facette « heureuse », grâce notamment à la présence de son amie Malwida de Meysenbug intellectuelle allemande, proche des Wagner, mais résolument opposée à leur antisémitisme qui parvient à le dérider lors d'un voyage sur la côte sorrentine, dans le sud de l'Italie. Les autres compagnons d'errance ? Des proches : Kouroussan, un nomade sédentaire qui le sauva, il y a trente ans, dans le désert du Niger ; le dessinateur Gébé, d' Hara Ki ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes