Jean Santeuil de Marcel Proust, 1895-1899

Jean Santeuil de Marcel Proust, 1895-1899

Même les proustiens avertis ne lisent guère Jean Santeuil », regrette Jean-Yves Tadié en présentant ce livre de jeunesse que Proust écrit quand il a 24 ans. Lui qui corrigeait sans fin les épreuves envoyées par ses éditeurs s'est d'ailleurs probablement retourné dans sa tombe quand André Maurois a publié en 1952 chez Gallimard ces feuillets épars retrouvés au garde-meuble. Jean Santeuil est donc un titre donné à cette occasion, du nom du narrateur au centre de ces écrits qui, à bien des égards, préfigure exactement le narrateur de La Recherche, ce petit garçon que l'on imagine trait pour trait comme l'enfant peint par Monet dans Un coin d'appartement bourgeois en 1875 2 et que l'on entendrait presque dire avec désespoir : « Il fallait dire bonsoir, c'est-à-dire quitter tout le monde pour toute la nuit [...]. » Un ton parfois encore très enfantin qui fait le charme de Jean Santeuil, esquisse où l'on suit au plus près le travail de l'écrivain, qui hésite sur les noms, sur le style, co ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes