Jean-Pierre Vincent

Jean-Pierre Vincent

"Edward Bond, la quête de l'humain dans l'inhumain"

La mise en scène des Pièces de guerre , aux Amandiers de Nanterre, a conclu de façon éclatante la saison théâtrale. De jeunes comédiens, terminant leur formation à l'École régionale d'acteurs de Cannes, ont atteint une dimension stupéfiante sous la direction de Jean-Pierre Vincent. Celui-ci était jusqu'alors un grand metteur en scène des oeuvres de Brecht et des classiques français. Il abordait pour la première fois cet univers qu'avant lui, Patrice Chéreau, Michel Dubois, Claude Régy, René Loyon, Alain Françon, Bruno Boeglin, Jacques Rosner et Christian Benedetti avaient imposé en France. Il y a trois ans, Alain Françon avait monté ces longues Pièces de guerre - huit heures de spectacle environ - au festival d'Avignon et à l'Odéon. On vient de les redécouvrir dans une autre incarnation. Pour Jean-Pierre Vincent, le théâtre de Bond est une bombe explosant à la fin de notre siècle. Ses pièces peuvent être lues dans les volumes des éditions de l'Arche ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon