Jean-pierre richard, la corde sensible

Jean-pierre richard, la corde sensible

Monstre sacré de la critique universitaire, il a préféré à l'aridité théorique l'empathie avec l'imaginaire des écrivains. Le nonagénaire est toujours un lecteur attentif.

À ceux qui pensent que la critique universitaire est nécessairement absconse et technique, coupée de la littérature au présent et agitée par des conflits picrocholins et des modes sectaires, conseillons de lire Jean-Pierre Richard : de Littérature et sensation (1954) jusqu'aux Jardins de la terre (2014), l'universitaire et critique français, aujourd'hui âgé de 92 ans, a arpenté avec simplicité et finesse les univers intérieurs des grands écrivains autant que des auteurs émergents dans une langue toujours élégante et accessible. Par une critique qu'il qualifie lui-même de « buissonnière », procédant par « pêle-mêle », c'est autant l'âme de Philippe Djian que celles de Mallarmé et de Flaubert que l'auteur de Poésie et profondeur a cherché à explorer, en ayant contribué à faire reconnaître comme classiques instantanés des écrivains tels que Jacques Réda, Pascal Quignard, Gérard Macé, Pierre Michon et Pierre Bergounioux. Aussi généreux avec les jeunes auteurs ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes