Jean-Jacques Schuhl, Ingrid Caven

Jean-Jacques Schuhl, Ingrid Caven

Une nuit de Noël 1943, au bord de la mer du Nord, une enfant de 4 ans chante « Douce nuit, sainte nuit » devant les soldats allemands. Cinquante ans plus tard, chanteuse et actrice célèbre, elle donne un récital à Jérusalem. Entre ces deux dates se déploie la vie d'Ingrid Caven, un temps épouse du cinéaste Fassbinder et compagne d'un auteur qui, sous le nom de Charles, ressuscite, sur un mode zigzaguant, le parcours d'une vie et le climat d'une époque - celle dont, plus de vingt-cinq ans en arrière, Jean-Jacques Schuhl avait fixé l'essence dans Rose poussière. Des scènes surgissent dans le sillage d'Ingrid Caven où des figures connues agrémentent le tour de piste. Fassbinder qui, dès sa première nuit avec elle, veut l'épouser ; Andy Warhol, « le vampire poudré » au coeur d'enfant ; Bette Davis, qui, à quelques jours de sa mort, répète son rôle de star avec des yeux illuminés qui « lui mangent un visage de colophane cireux et maigre » ; le producteur Mazar, « levantin, solai ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon