Je voudrais tant que tu te souviennes

Je voudrais tant que tu te souviennes

Avec ses cheveux blonds et son regard si clair, la romancière de Leur histoire devenu en 2005 Les Mots bleus dans l'adaptation cinématographique d'Alain Corneau ressemble à ses héroïnes de fantaisie. À croire que ses histoires vert acide, orange, ou jaune citron, jaillissent spontanément comme les touches d'une fée aquarelliste... « Je voudrais bien ! Enfant, je dessinais beaucoup, je rêvais d'être illustratrice pour la jeunesse. Mais j'ai écrit un roman à 15 ans, il a failli être publié, alors j'ai laissé de côté le dessin. »

Née en 1967, Dominique Mainard ne manque pas de courage : de 15 à 22 ans, pendant ses études de lettres, elle écrit cinq romans : « Seul le premier me plaît encore. Il préfigure la relation imaginaire entre Léna et son frère dans Le Ciel des chevaux . Mon départ aux États-Unis m'a sauvée de l'enlisement. J'avais envie de connaître la côte Ouest, à cause de Henry Miller. En fait, je suis restée à New ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes