J'écris ton nom, nom de Dieu !

J'écris ton nom, nom de Dieu !

Vivre sa foi est un combat, et se coltiner aux mystères de l'incarnation ne souffre ni la tiédeur ni les effets de style. Panorama des illustres écorchés qui hurlent dans le désert.

surtout ne pas faire de littérature. Ne pas être homme de lettres. À la rigueur être prophète, mais prophète du déjà-dit. Ne pas écrire, mais dire : être une voix qui crie dans le désert ou dans la foule, être une grande gueule parfois, mais jamais une jolie plume. Ne parler qu'en écho à cet événement inouï : le Verbe s'est fait chair, Dieu est devenu homme, le spirituel a habité le charnel, l'éternité a épousé le cours du temps. Dieu a passé neuf mois dans un placenta, puis a jailli entre les cuisses d'une femme, avant de marcher sur la Terre. Pas à la manière d'un dieu grec, touriste sexuel repérant la victime la plus appétissante pour changer son ordinaire conjugal ; pas même à la manière d'un seigneur déployant le style élevé que la rhétorique exige d'un héros d'épopée. Non, comme un homme ordinaire, entouré de filets de pêcheurs. Parler, donc, dans l'onde de choc des Évangiles, basculement tant historique que littéraire : « L'enseignement central du christianisme, la d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine