Isabelle Stengers Belgique, 1949

Isabelle Stengers Belgique, 1949

La philosophe des sciences dénonce la prétention à la vérité absolue de ces disciplines.

étudiante en chimie, Isabelle Stengers s'est tournée vers la philosophie parce que la science telle qu'elle l'apprenait ne répondait pas à ses questions. Connue très tôt pour le livre qu'elle a coécrit avec le prix Nobel belge de chimie (d'origine russe) Ilya Prigogine, La Nouvelle Alliance (1979), elle n'a ensuite cessé de croiser philosophie et science. Elle s'est penchée sur les conditions sociales d'émergence de celle-ci et a mené un combat contre l'argument d'autorité en science, mais elle n'est pas une relativiste. Elle veut simplement que les frontières entre le savoir scientifique et les autres secteurs de la vie humaine, la politique, la religion, etc., soient tracées de façon claire, afin que n'en découle aucune de ces prétentions à une vérité absolue qui empêchent la libre-pensée. À côté d'une oeuvre propre importante, elle a joué un rôle décisif dans la redécouverte du logicien et métaphysicien britannique Alfred North Whitehead (1861-1947), un penseur ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon