Inversion dela sidération

Inversion dela sidération

PARIS

Il y a deux ans, je pestais de ne pas être à Paris [Un oeil en moins] : comme d'habitude, c'était là que ça se passait, là qu'on occupait en permanence une place (de la République), là qu'on s'assemblait, là qu'on débattait par thèmes, de la représentation politique, d'une nouvelle constitution, de l'écologie, de l'urbanisme, du droit au logement, des réfugiés sans papiers, de l'école, des universités, des retraites, de la loi Travail, de Manuel Valls, de là que partaient les manifestations (déclarées et non déclarées), là qu'on envoyait nos meilleurs CRS, ceux qui tapaient le plus fort là où ça fait le plus mal, là qu'on balançait le matos, toutes les grenades, assourdissantes, désencerclantes, lacrymogènes, là qu'on testait en live les nouvelles techniques (la fameuse nasse, qui vous collait au mur pendant huit heures sans pitié pour ceux qui avaient envie de pisser), et tout ce qui pouvait continuer à démontrer qu'en matière de contre-insurr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Éric Vuillard

Éric Vuillard
« La Guerre des pauvres est une guerre qui n'est pas terminée. »