Internationales du crime

Internationales du crime

Une avocate envoie en prison un policier violent : un joli symbole, alors que vient de mourir Franco. Et une catastrophe pour ceux qui connaissent les tenants et aboutissants de l'affaire, qui remonte au zénith du franquisme, est reliée au meurtre de l'épouse d'un cacique, à un procès truqué, à des exils forcés dans la division Azul en plein siège de Leningrad, à la séquestration d'une jeune fille, à un jeu trouble entre la police, les services secrets... Víctor del Árbol a inventé cent intrigues qui, des années 1940 aux années 1980, disent l'empreinte profonde laissée par la dictature dans les institutions, dans les mentalités. Au centre de cet écheveau de crimes parfois grand guignol et complexe, la figure ignoble et inatteignable de Publio, ancien nervi devenu député de la jeune démocratie. Un symbole vivant...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon