Technophobia

Technophobia

En littérature et au cinéma, la robotique et l'intelligence artificielle sont depuis longtemps des personnages principaux.

L'intelligence artificielle surgira bientôt. Elle nous prendra nos emplois. Puis elle nous jugera périmés. Alors elle nous supprimera parce que l'erreur est humaine et que l'IA abhorre l'imperfection. À moins qu'elle choisisse d'administrer notre extinction... Puis, délivrée de ses créateurs, elle se développera à l'infini, comme elle sait si bien le faire, avant de s'élancer à la conquête des étoiles. Pourquoi les prédictions les plus pessimistes trouvent tant d'écho dès lors qu'elles concernent l'IA ? Peut-être parce que nos esprits ont été préparés à les recevoir par des dizaines de fictions. En 1968, Arthur C. Clarke écrit 2001 : l'odyssée de l'espace et invente le célèbre Carl, qui, dans le film de Kubrick, deviendra Hal, cet ordinateur qui régit une station spatiale et décide que les humains qu'elle embarque sont des obstacles à l'accomplissement de sa mission. Le film installa dans toutes les têtes la voix doucereuse de cette machine intelligente, conçue pour aider, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard