Sans l'attribut du singulier

Sans l'attribut du singulier

Peut-on imaginer une oeuvre réalisée sans intervention humaine ? Oui, si l'on exclut l'artiste et l'imagination.

Dans la nouvelle Der Sandmann (« L'homme au sable »), Hoffmann raconte comment un jeune homme, Nathanaël, tombe amoureux d'Olympia, la fille de son voisin, qu'il observe à longueur de journée. Sauf qu'Olympia n'est pas humaine, elle est un automate. Cette découverte plonge le protagoniste dans des crises de délire de moins en moins contrôlables qui le mènent vers de fous vertiges. La nouvelle a inspiré à Freud son concept d'Unheimliche, l'« inquiétante étrangeté » : ce que l'on ressent face à un objet familier qui, dans un état de conscience particulier, nous apparaît bizarre, étranger, et qui finit par nous effrayer.

Ce concept peut éclairer le rapport que l'on entretient avec l'intelligence artificielle. En bien des dimensions, l'IA fait aujourd'hui partie de notre quotidien - robots, algorithmes, machines électroniques. Mais d'autres de ses dimensions paraissent encore peu envisageables pour le cerveau humain : la manifestation d'un désir, d'une volonté, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon