En Chine,une arme punitive

En Chine,une arme punitive

La Chine concrétise les scénarios les plus cauchemardesques au service du contrôle et de la surveillance.

Àson arrivée au pouvoir dans les années 1950, le Parti communiste chinois s'est engagé dans une entreprise radicale de transformation de la société : ceux que les communistes jugeaient responsables du retard du pays et de l'exploitation du peuple - les propriétaires terriens, les religieux et autres éléments contre-révolutionnaires - furent traqués sans relâche, emprisonnés, rééduqués ou éliminés. La presse du Parti appelait le peuple à scruter, de ses yeux purs et perçants « comme la neige », les ombres de la société chinoise afin de dénoncer ceux qui entravaient l'émergence de la « Nouvelle Chine ». Peu après pourtant, lors du Grand Bond en avant (1958-1962), ce ne furent pas les réactionnaires qui entraînèrent la mort de dizaines de millions de personnes et l'effondrement économique de la Chine, mais la cécité d'un Parti intoxiqué par sa propre rhétorique et impuissant à admettre qu'il y avait des limites à son pouvoir.

Malgré l'ouverture économique et au monde d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes