Intégralement nouvelles

Intégralement nouvelles

Cent cinquante ans après les traductions hégémoniques de Baudelaire, les textes de l'écrivain américain font peau neuve, révélant les trahisons du poète français.

Longtemps le marketing littéraire français décrivit l'Américain Edgar Allan Poe comme un maudit hyperbolique, imbibé d'alcool, d'opium et d'inspiration noire, qui écrivit de bien ténébreuses nouvelles. Cela nous vient de Baudelaire, son traducteur, qui, dans sa préface aux Histoires extraordinaires, dessina un Poe tel qu'il le percevait, sombre, sensible, inadapté à ce monde fruste, bref, à sa semblance. Dès lors, Poe devint pour nous le maître et le mètre de toute ombre en littérature, puis, par extension, de toute épouvante.

Lovecraft, Stephen King, Joyce Carol Oates... tous enfants de Poe ? Absolument pas. Poe n'est pas un gothique, encore moins un écrivain d'épouvant ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Pour pour les fêtes, offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire !