Indistinctement savant et rêveur

Indistinctement savant et rêveur

Le philologue et l'écrivain, l'auguste universitaire et le conteur passionné, chez Tolkien, n'habitent pas deux dimensions cloisonnées : ils se nourrissent mutuellement.

Tolkien avait-il deux visages : universitaire généreux de son temps avec ses étudiants et ses collègues ; écrivain la nuit, réfugié dans un monde fictionnel qu'il façonnait pendant ces « instants volés » ? Une telle vision, pour plaisante et tentante qu'elle soit, ne correspond pas à la réalité, Tolkien n'ayant cessé de reprendre les mêmes sujets, déclinés dans des articles savants, des conférences, ou dans un cadre fictionnel, en un mouvement d'écriture incessant.

Beowulf revisité

Il faut rappeler que son monde imaginaire est né d'un désir de mêler l'invention de langues et l'invention d'histoires Tolkien a réinvesti ses connaissances linguistiques et philologiques dans la construction d'un univers certes personnel, mais nourri d'une riche intertextualité, médiévale en particulier, fort qu'il était d'une connaissance intime d'oeuvres découvertes dès sa jeunesse et lues dans le texte original : sagas nordiques, récits arthuriens, poèmes héroïques en ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon