Inca d'école

Inca d'école

En deux romans couronnés de prix, HHhH et La Septième Fonction du langage, Laurent Binet s'est affirmé dans le champ littéraire français et international comme un écrivain aux projets atypiques, relevant presque de l'exploit (au sens sportif du terme), empreints d'une méfiance tout à fait originale envers l'idée que l'on se fait de la littérature, particulièrement en France. Laurent Binet n'est pas ce genre d'écrivain à vous bercer de sa petite musique ni à bêcher sempiternellement le même lopin littéraire qui produit bon an mal an un livre ressemblant au précédent. Il est un écrivain conceptuel (postmoderne ?) qui a su dépasser la notion de style au point d'en changer d'un roman à l'autre, ainsi que le siècle précédent en a fourni un certain nombre, de Roussel à Queneau, de Jarry à Perec, d'Italo Calvino à Umberto Eco.

Il raconte avoir trouvé l'idée de son nouveau roman dans un essai de Jared Diamond. Et si les Incas avaient dominé l'Europe au lieu de l'in ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard