IMPRESSIONS DE VOYAGE

IMPRESSIONS DE VOYAGE

Stendhal, quel touriste ! À une époque où ce mot n'était pas encore connoté négativement, Stendhal a beaucoup voyagé, en Italie notamment, afin de poursuivre sa chasse au bonheur, sous toutes ses formes.

Stendhal n'a jamais traversé la Méditerranée. Pourtant, les voyages ont occupé une part importante de sa vie. Il s'est beaucoup déplacé en Europe, et il a souvent exprimé son goût très vif pour l'ailleurs. Rien d'original à cela, surtout à l'époque romantique. Ce qui l'est plus, c'est la façon dont Stendhal se déplace et dont il parle de ses voyages. Voyons d'abord quelles sont ses principales destinations.

L'Italie est le pays sur lequel Stendhal a projeté le plus d'affects, sa « matrie », comme dit Jean-Pierre Richard 1. Cela commence avec Bonaparte, dont il suit l'armée traversant le Saint-Bernard, en 1800, et cela se termine en 1840 à Civitavecchia, près de Rome, où il avait été nommé consul en 1830. Les séjours de Stendhal en Italie sont nombreux, parfois très longs : à partir de 1814, il reste sept ans à Milan, où il avait rencontré trois ans plus tôt Angela Pietragrua, avec qui il eut une liaison passionnée ; c'est également à Milan qu'il rencontre, en 1818, Métilde De ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard