Imagination, grandeur et servitude

Imagination, grandeur et servitude

L'imagination est au coeur de l'humanisme de Montaigne, lequel nous invite à en reconnaître toute la puissance pour mieux recouvrer une liberté proprement humaine.

Dans l'adresse au lecteur en exergue des Essais, Michel de Montaigne assure qu'il va se dépeindre « tout nu et tout entier ». Parmi les confidences qui émaillent son récit, il en est une qui mérite une attention particulière : « Je suis de ceux qui sentent la très grande force de l'imagination » (I, xx). De quoi parle-t-il au juste ? Quelle est cette puissance qui, écrit-il plus loin, le perce, le heurte, le secoue et le frappe ? Dans cet essai entièrement consacré aux pouvoirs de l'imagination, Montaigne confronte son expérience à une série de cas rapportés depuis l'Antiquité. Une simple pensée nous fait parfois rougir ou pâlir ; chez certains patients, la croyance en l'efficacité d'un médicament ou d'une amulette suffit à guérir certaines maladies ; un condamné à mort peut même mourir avant d'être frappé par l'épée par la simple imagination de la mort à venir. Quant à certains prodiges et même certains miracles, comme les stigmates de François d'Assise, ils seraient aussi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé