Il y a un os

Il y a un os

La découverte d'un fossile de dinosaure sème la zizanie dans une petite ville argentine.

Quand on parle de tomber sur un os, on ne prévoit pas que l'expression puisse être prise au propre comme au figuré. Pourtant, c'est le cas de Rubén Carolini, garagiste dans l'ouest de l'Argentine, qui découvrit en 1993 le fossile du plus grand carnivore recensé à ce jour. La trouvaille apporta à l'homme une postérité coûteuse : dénigré par les scientifiques en raison de certaines de ses hypothèses farfelues, il se trouve au centre de toutes les jalousies, le fossile représentant une manne financière inespérée dans une région sinistrée.

La Guerre des dinosaures, captivant reportage, vaut pour ce truculent personnage : à force de cultiver un art de mélanger la fiction et la réalité, il en devient vertigineux. Le voilà expliquant ses théories en vers à la tonalité proche des poèmes gauchos et intitulé, en toute simplicité, Rubén Carolini, chercheur du temps. Ou encore exposant au musée de sa ville les objets avec lesquels il « chassait » le dinosaure, dont une ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Amazonia », Patrick Deville, éd. du Seuil