Il en tient une couche

Il en tient une couche

Aventures et mésaventures d'un peintre afro-américain à Paris, dévasté par un amour adultérin, le non-sens et la dérision.

Dans Effacement, Percival Everett dressait la satire d'un monde littéraire moralisateur et cupide : sous pseudonyme, un écrivain américain sans succès parodiait un best-seller plus loué pour ses qualités morales que littéraires et parvenait ainsi à s'attirer l'attention du milieu. Dans Tout ce bleu, l'auteur reprend le même point de départ : Kevin Pace, peintre afro-américain, souffre de l'incompréhension de son oeuvre et prépare sa toile de maître à l'abri des regards. À Paris, où il s'apprête à exposer, loin de sa famille, il entame une liaison avec une étudiante en art à qui il confie un lourd secret. En 1979, Kevin s'est rendu au Salvador avec son meilleur ami pour retrouver le frère de ce dernier, qu'ils savaient embarqué dans un trafic de drogue. La guerre civile éclatant, ils ont sollicité les talents de détective d'un criminel de guerre en cavale, particulièrement bas du front et raciste, le bien nommé La Poisse. Celui-ci semblait les mener en bateau, l'o ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé