Il était une fois Bodega

Il était une fois Bodega

Conseil de l'auteur : « Quand vous grandissez à Spanish Harlem, vous apprenez vite, si vous ne voulez pas recevoir votre raclée quotidienne, qu'il faut chercher la bagarre. Quitte à prendre parfois des coups. C'est comme ça qu'on se fait respecter. » Spanish Harlem est cette zone à l'est de Harlem où se sont installées à la fin des années quarante, repoussant aux frontières du quartier les immigrés italiens, les premières vagues de Portoricains. Ernesto Quiñonez, né en Equateur, y a débarqué très jeune, avec son père, un militant communiste, et sa mère portoricaine, témoin de Jéhovah. Un cocktail familial détonant dans une ambiance explosive, ça fait de vous quelqu'un. Il va vivre dans le Barrio, comme son narrateur, en tagueur inspiré qui se fait de la petite monnaie en graffitant des « R.I.P. » Rest In Peace à la mémoire de jeunes qui se sont fait descendre, avant de devenir instituteur et de suivre les cours d'écriture de Walter Mosley. Quand il parle de Span ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé