idées

En Turquie, un candidat fait campagne depuis sa prison

Written by Simon Blin | Jun 22, 2018 10:05:49 AM

« Je suis obligé de m’adresser à vous depuis la prison de haute sécurité de type F d’Edirne. […] L’unique raison pour laquelle je suis encore ici est que l’AKP a peur de moi », déclare Selahattin Demirtaş, vêtu d’un costume, sur chemise blanche et cravate pourpre dans une allocution pré-enregistrée sur la télévision publique TRT et publiée sur la chaîne Youtube de son parti.

Détenu depuis 20 mois de manière totalement illégale dans la prison du Nord d’Istanbul, sans procédure judiciaire équitable et impartiale, Selahattin Demirtaş, député turc élu démocratiquement, a été choisi par son parti, progressiste et pro-kurde, pour défier Recep Tayyip Erdogan lors du scrutin présidentiel ce dimanche.

« Si ces actes d’intimidation et d’illégalité se limitaient uniquement à moi, je n’estimerais pas nécessaire de les exprimer, dit-il s’adressant au peuple turc. Mais vous vivez dans ce genre d’intimidation et d’illégalité tous les jours ou vous en témoignez autour de vous. Vous êtes victime de cette persécution […] Il y a un profond désespoir, une peur et un pessimisme qui prennent en otage toute la société […] Ce que nous sommes en train de vivre est un élément d’un régime autocratique. Mais la partie effrayante du film est encore à venir », poursuit-il en appelant les électeurs turcs à choisir « la liberté » et non « la peur », et à « empêcher notre pays de sombrer dans le gouffre ».

Âgé de 45 ans, Selahattin Demirtaş a été coprésident du Parti démocratie des peuples (HDP) entre 2014 et 2018. Depuis novembre 2016, dans la foulée des purges lancées par le président Erdogan, il est incarcéré, accusé de soutenir le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation classée comme terroriste par Ankara.

S’il risque jusqu’à 142 ans de prison, le HPD l’a quand même désigné candidat à la présidentielle, qui se déroule en même temps que les législatives.

La chaîne turque TRT a partagé son intervention après avoir été très critiquée pour couvrir abondamment la campagne du président Erdogan tout en ignorant les autres candidats, en particulier Selahattin Demirtaş, premier candidat à s'exprimer depuis sa cellule en prison.

Ainsi, Le Monde rapporte que « pour la seule journée du 1er juin, le temps d’antenne consacré à Erdogan était de 105 minutes, contre 37 minutes pour Muharrem Ince, 14 minutes pour Meral Aksener, 5 minutes pour Temel Karamollaoglu et 3 secondes pour Selahattin Demirtaş. »

 

À suivre : 

Selahattin Demirtas est l’auteur d’un recueil de nouvelles, L’Aurore, à paraître aux éditions Emmanuelle Collas, le 14 septembre.

 

Photo : Selahattin Demirtaş, chef du parti HDP © DR