idées

Serge Daney, un cinéphile monte au filet

Written by Pierre-Édouard Peillon | Jun 1, 2018 2:57:00 PM

Avec sa manière si particulière de noter les points, le tennis offre un rapport au temps très élastique : si tous les échanges comptent, les derniers de chaque jeu ou set fonctionnent comme des points de bascule, capables de soudainement accélérer le cours du match ou de retarder son échéance. Il n'y a donc pas trop de surprise à voir en Serge Daney un « amateur de tennis », lui, le célèbre et sans doute plus brillant critique de cinéma de son époque, qui estimait que, « l'essence des grands films, c'est l'invention du temps ».

Dans cet ouvrage regroupant des critiques - et non de simples comptes rendus - de matchs disputés entre 1980 et 1990, l'ancien des Cahiers du cinéma trouve un prolongement à ce qui l'a passionné dans le septième art : « le sentiment du temps, le compte à rebours, la fatalité ». Ainsi ce match entre Clerc et Wilander qui fut « l'histoire d'une accélération qui n'est pas venue ». L'Amateur de tennis n'a rien d'une éphéméride de parties déjà jouées. Au contraire, dans ces textes, Serge Daney semble tout rejouer, tout remettre en jeu.

 

L'Amateur de tennis, Serge Daney

Éd. P.O.L, 384 p., 12,50 €

 

  

Photo : Mats Wilander durant la finale de Roland Garros, le 6 juin 1982 © AFP PHOTO / JOEL ROBINE