Oleg Sentsov, le Gambit de Poutine

Oleg Sentsov, le Gambit de Poutine

Aux échecs, un gambit consiste à sacrifier une pièce pour améliorer sa position : Vladimir Poutine est-il prêt à sacrifier Oleg Sentsov malgré les risques pour la réputation de son pays ? Stéphane Ventura et Adélaïde Fabre, pour Les Nouveaux Dissidents, appellent à continuer la mobilisation pour Oleg.

Alors que son état empire de jour en jour, que les milieux intellectuels et littéraires du monde entier se mobilisent, que des chefs d'Etats et de gouvernements plaident sa cause, la libération du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, en grève de la faim depuis trois mois, tarde, tel un compte à rebours macabre entre les mains de Vladimir Poutine.

L'état de santé d'Oleg s'aggrave ?

L'administration pénitentiaire russe prétend que « Sentsov ne se plaint de rien ».

Emmanuel Macron et Angela Merkel relancent Poutine sur son sort pour la énième fois ?

Poutine prétend qu'il doit d'abord s'informer.

L'idéal pour le chef de l'Etat russe serait que Sentsov avoue le « terrorisme » qu'il n'a pas commis, comme le démontrent le film de sa parodie de procès et la conclusion de la CEDH sur le verdict, dont la Russie reconnaissait jusqu'à présent, en principe, les décisions. Qu'est-ce qui empêche donc Poutine de faire preuve de la mansuétude qu'il avait su montrer en libérant Mikhaïl Khodorkovski en 2014 au moment des Jeux de Sotchi ? Sans doute les victoires remportées par le Kremlin, que ce soit dans le dossier syrien ou dans la stratégie de dissensions semées en Occident, à commencer par le chaos provoqué aux Etats-Unis depuis l'élection de Trump. Aujourd'hui, Poutine se sent plus fort qu'hier.

Aux échecs, un gambit consiste à sacrifier une pièce pour améliorer sa position : Poutine est-il prêt à sacrifier Sentsov malgré les risques pour la réputation de son régime ? Le prisonnier du nouveau Goulag russe n'est en tout cas qu'un pion dans la partie d'échec que le président russe a entamé contre l'Occident depuis l'annexion de la Crimée. Alors que chaque jour l'état de santé d'Oleg Sentsov, père de deux enfants, empire, son sort ne provoquera aucune réaction humanitaire de la part de Vladimir Poutine. Seul compte pour lui le rapport de force. La parodie de procès de Sentsov, digne de l'époque soviétique, filmée dans un documentaire, prouve que la vie d'un innocent n'a que peu de prix face à un régime impérialiste en quête de revanche. Au fond, pour Vladimir Poutine, seul compte le prix à payer en terme d'image, de communication et de propagande.

Mais la donne est-elle en train de changer ? Poutine doit composer désormais avec la menace de sanctions nouvelles, à commencer par des rétorsions économiques annoncées pour le 22 août prochain par les Etats-Unis, en réponse à l’utilisation du Novitchok. En France, après la pétition demandant la libération d’Oleg Sentsov, sous le marrainage de Christiane Taubira, l’association Les Nouveaux Dissidents ont lancé l’opération « Une carte pour Sentsov », appelant les citoyens à se mobiliser en adressant des cartes postales à Emmanuel Macron pour lui demander d’agir au plus vite. Cette opération remporte un succès incroyable ; des cartes postales sont ainsi envoyées chaque jour du monde entier au Président de la République Française.

Ne baissons pas les bras, continuons avec obstination et détermination pour qu’Oleg retrouve la liberté, avant que les dommages à sa santé ne soient irréversibles. Avant qu'il ne soit trop tard.

 

Stéphane Bentura est journaliste et réalisateur. Adélaïde Fabre est fondatrice de l'agence culturelle Et tuttiquanti. Tous deux sont membres administrateurs de l'association Les Nouveaux Dissidents, créée en 2016 par Michel Eltchaninoff, philosophe et essayiste, rédacteur en chef adjoint de Philosophie magazine. L'association soutient les dissidents du monde entier qui agissent en faveur de la liberté et de la démocratie.

 

 Photo : Oleg Sentsov © Sergey Pivovarov/Sputnik/AFP