L'homme post-68, m'enfin, c'est lui !

L'homme post-68, m'enfin, c'est lui !

Écologiste, allergique à l'autorité et à l'effort « rentable »... Né en 1957, le personnage de Franquin concentre tous les partis pris défendus onze ans plus tard en Mai 68. Et inspire un film, à l'affiche le 4 avril.

Et si c'était lui, l'homme d'après 68 le plus abouti, le modèle tant recherché de l'être post-patriarcal, post-spéciste, post-productiviste ? Né onze ans avant Mai dans le cerveau du dessinateur Franquin, Gaston Lagaffe n’est pas seulement, comme le lui crie un jour Prunelle, « le garçon de bureau le plus mauvais du monde ». Comme son grand frère Bartelby – dont le « I’ d prefer not to » préfigure le « M'enfin » lagaffien –, Gaston est un manifeste vivant. Mais sait-il lui-même de quoi ? S'il y a bien une pensée, une éthique, et même une sexualité lagafienne perceptibles, les albums n'en montrent que la surface : les répliques, gestes, inventions inspirées par cette pensée. C' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article