La mer est morte

La mer est morte

Gaëlle Rauche a remporté la coupe de la ligue Slam de France en 2016 et se produit régulièrement dans des festivals en France et à l'étranger. Elle publie ici un poème inédit.

la mer est morte
d’avoir gardé ses enfants,
captifs,
recrachés
dans un dernier sanglot
pour ne laisser sur le mirage
que la morve qui les coule
et court sur le bois d’ébène du cercueil
des vivants
Qui ne veulent pas voir
la couleur
des petits pulls xxs
face contre terre
en phase avec les politiques
migratoires
qui ne veulent pas voir
Migrer toute la misère de leur monde.

Toute la misère du monde
cherche un endroit
où être accueillie
et cachée
dans une huître muette
qui ne donnera jamais
de collier
pour orner
le cou
des fillettes qui ne grandiront pas
mais que nous aimerons vivantes
sur les pages glacées des écrans
qui meurent
de ne pas penser.

 

L’humanité
Se trouve dans l’urinoir
des penseurs
qui ne marchent pas
sur les plates frontières
qui ne marchent pas
assis et
handicapés
de ne pas panser
les pieds
qui ne marchent pas
et ne traversent aucune
des différences de la misère
et de la joie que nous nommons
Comme on nomme la vie.
Comme on nomme le monde.
Les mains tendues.
Les paumes contre vos cœurs.
Et nos doigts enlacés sur le clavier
de notre fraternité
et des touches ivoires
de cette égalité libérée.

 

Et liberté pour les sans noms,
Les sans papiers,
Les sans regards portés sur les sans.

 

 

Photo : Gilets de sauvetage sur une plage libyenne. La Croix Rouge y retrouve les corps de migrants noyés au large de la ville de Janzur, le 19 juin 2018. © AFP PHOTO / STR