Faut-il être un héros pour être traité avec dignité ?

Faut-il être un héros pour être traité avec dignité ?

Mamoudou Gassama, jeune malien sans papiers ayant escaladé un immeuble pour sauver un enfant, a été reçu par Emmanuel Macron ce matin. Le Président de la République a annoncé sa future naturalisation. Raphaël Glucksmann estime que cet acte doit nous permettre d’éclairer les problèmes du traitement des migrants et ne doit pas les masquer derrière un écran de fumée.
Par Raphaël Glucksmann.

Je suis heureux de vivre dans un pays dans lequel les actes de bravoure comme celui de Mamoudou Gassama sont célébrés et récompensés.
Je suis heureux de lire toutes ces déclarations généreuses d’hommes et de femmes politiques découvrant soudainement que des êtres humains se cachent derrière leurs expressions habituelles comme « fuites d’eau », « abcès de fixation » ou « invasions migratoires ».

Je suis heureux, surtout, pour cet homme courageux qui va enfin, grâce à son acte exemplaire (au sens fort), mener l’existence digne que permet seule dans notre société l’obtention de ces fameux « papiers » sans lesquels rien, strictement rien n’est possible.

Mais je serais plus heureux encore de vivre dans une nation qui n’attendrait plus d’un migrant qu’il escalade un immeuble pour sauver un enfant au péril de sa vie avant de le traiter dignement.

Je serais plus heureux que notre République n’envoie plus sa police harceler les exilés réduits par nos renoncements à squatter nos trottoirs et qu’elle se décide enfin à les accueillir en conformité avec les principes qu’elle prétend porter.

Je serais heureux et fier que nos autorités et notre classe politique n’entretiennent plus les peurs et s’interdisent toute métaphore déshumanisante quand il s’agit d’évoquer les questions migratoires.

Les symboles sont nécessaires. À condition qu’ils nous permettent d’éclairer les problèmes et non de les masquer derrière un écran de fumée.

Que l’élan de générosité autour de Mamoudou Gassama s’étende aux invisibles et aux sans-droits et sans-toits que nos politiques répressives produisent. Et là nous pourrons être heureux ensemble. Et fiers aussi.

 

Photo : Mamoudou Gassama © AFP PHOTO / POOL / Thibault Camus

Nos livres

À lire : La tempête qui vient, James Ellroy, éd. Rivages/Noir

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

Les écrivains journalistes avec RetroNews

Pour accompagner notre dossier sur la littérature érotique, nous vous proposons de plonger, en partenariat avec Retronews, le site de presse de la Bnf, dans la vie de Rachilde, la reine des décadents.

Illustration : Le journal des Débats, 27 mars 1899 - source : RetroNews-BnF