idées

Daniel Cohn-Bendit, supporteur irrationnel

Written by Jacques Braunstein | Jun 12, 2018 11:11:21 AM

Alors que la Coupe du monde de football débute le 14 juin prochain en Russie, Daniel Cohn-Bendit a voulu « prendre le contre-pied de ce qu’on
attendait » de lui cinquante ans après Mai 68 « en écrivant un livre évoquant le football », lui, le supporteur irrationnel (« je gesticule, me lève, me rassois, hurle, proteste… ») et paradoxal : s’il a peu joué enfant, il enfile régulièrement les crampons ces dernières années pour des matchs entre
commentateurs (il a suivi plusieurs Coupes du monde pour Europe 1). Il confesse qu’il s’est toujours senti « contre l’Allemagne plutôt que pour la
France »… Même après « la loi du sol le 1er janvier 2000 », qu’il appelait de ses vœux et « qui a fait des Boateng, Özil, Mustafi et autres Khedira des champions du monde il y a quatre ans au Brésil ».

Daniel Cohn-Bendit aime « le football de gauche », où « on marque plus de buts que l’on en a encaissé » pratiqué par les Pays-Bas de Cruyff ou le
Brésil de Sócrates. Et pas « le football de droite », qui consiste à « fermer derrière » et est incarné selon lui, depuis toujours, par l’Italie. Il s’inquiète
aujourd’hui de l’argent et du nationalisme qui gangrènent le foot : « Ils auront l’air malin à Barcelone lorsque leur "championnat" se résumera à un
match aller-retour entre le Barça et l’Espanyol avec excursion à Gérone. »

De Kopa à Pogba et d’Eusébio à Cristiano Ronaldo, il se souvient de tout et se montre parfois difficile à suivre pour qui n’a pas son érudition… mais il réussit « une sorte d’autobiographie détournée » qui nous en apprend autant
sur lui que sur plus de soixante ans de foot et de politique internationale.

 

Sous les crampons… la plageDaniel Cohn-Bendit, avec Patrick Lemoine,

Éditions Robert Laffont, 244 p., 19 €.

 

 

Photo : Daniel Cohn-Bendit © AFP PHOTO / JOEL SAGET