Daniel Cohn-Bendit : « Les Français ne sont pas aussi réacs qu'on veut le faire croire »

Daniel Cohn-Bendit : « Les Français ne sont pas aussi réacs qu'on veut le faire croire »

Dany n'aime pas les anniversaires. Surtout celui de Mai 68, qui est un peu le sien. Il revient quand même sur ce passé joyeux, pour explorer le présent. Cinquante ans après, que reste-t-il de l'esprit 68 ? La figure emblématique de Mai analyse les résultats de notre sondage Harris Intercative.

Nous sommes tous surpris par les résultats du sondage que nous avons commandé : 79 % des Français jugent positivement Mai 68 et ses conséquences. Selon eux, tu n'as ni cassé l'école républicaine ni dynamité la famille…

Daniel Cohn-Bendit : Je me tue à répéter que les Français ne sont pas aussi réacs qu'on veut le faire croire. En traversant le pays de long en large pendant des mois avec Romain Goupil, j'ai bien senti que les gens veulent des changements, expriment des colères, mais qu'ils ne ressemblent pas à un livre de Zemmour ou à un discours de Buisson. Il y a une soif de bouleversements, une envie d'espérance, un attachement profond à l'idée de révolte qu'incarne Mai 68. On a voulu faire de 68 la mère de toutes les catastrophes. Eh bien c'est un échec ! Ceux qui criaient le plus fort dans les médias ces dernières années ont perdu cette bataille. Et c'est une excellente nouvelle pour la démocratie.

 

L'intégralité de la conversation avec Daniel Cohn-Bendit est à retrouver dans Le Nouveau Magazine littéraire (n°3).

 

A lire, notre dossier : 

68, mon amour ! L'enquête qui dément les clichés réacs

 

Photo : © JOEL SAGET/AFP