« Notre matrie »

« Notre matrie »

Pour le penseur de l'environnement, l'Europe représentela bonne échelle, le bon « terrain de vie » face à la crise écologique.

Vous concluez votre dernier essai Où atterrir ? par une déclaration d'amour à l'Europe, ce qui a surpris.

Bruno Latour. - Oui, cela surprend beaucoup de gens, et cette surprise m'étonne. Apparemment, les gens ne conçoivent pas l'Europe comme un territoire vécu, un sol aimé. À son endroit, le terme « patrie » n'est pas le meilleur. « Matrie », matrice, terre, je ne sais pas comment la désigner. Ce qui compte c'est de sortir de l'association entre Europe et Bruxelles ou l'UE, ce que De Gaulle appelait « le machin ». Machin fort utile par ailleurs mais complexe et que beaucoup de gens veulent à raison rénover. Cela ne nous empêche pas d'être européen et d'aimer l'Europe - chose, territoire, paysage, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes