« Mesdames, Messieurs les députés : abolissez le délit de solidarité ! »

« Mesdames, Messieurs les députés : abolissez le délit de solidarité ! »

Accusé d’avoir porté secours à une nigériane enceinte – qui accouchera d’un petit Daniel cette nuit là – , Benoît Ducos fut convoqué par la police aux frontières le 13 mars dernier. À mi-chemin entre la beauté et le drame, récit d’une nuit invraisemblable.

10 mars au soir, aux alentours de 21h20. Près de l’obélisque du village de Montgenèvre, nous apercevons un groupe de réfugiés, pétrifiés de froid. Nous nous approchons d’eux pour engager la conversation. Le groupe est constitué d'une famille – avec deux enfants de un an et demi et cinq ans – accompagnée de deux autres exilés croisés en chemin. Lorsque nous les rencontrons, ils sont fatigués et apeurés. Ils ne savent ni à qui ils ont à faire, ni où ils sont. Rapidement, nous les rassurons sur nos intentions en leur expliquant qui nous sommes.

Marcella, enceinte, se tord de douleurs

Je constate qu’ils restent méfiants. De nos jours, le voyageur n'ose plus venir frapper à la porte de quiconque. Il se cache, se sent traqué. Se méfie de tout. De tous. La moindre personne rencontrée est une menace potentielle. La police rôde et n'est jamais loin.

En discutant, nous apprenons que Marcella – la maman – est enceinte de 8 mois et demi et qu’elle a dû se faire porter jusqu’ici. Sous le choc, épuisée, elle ne peut plus mettre un pied devant l'autre. Nos thermos de thé chaud et nos couvertures ne suffisent pas à faire face à leur détresse.

21h50. C'est l'alarme, Marcella ne va pas bien. Nous sommes face à une situation très délicate. Il faut agir vite. Je décide de prendre mon véhicule pour l’emmener à l'hôpital de Briançon. Chaque minute va être précieuse. Une fois dans la voiture, tout se déclenche. Quand nous arrivons au niveau de la Vachette – à 4 kilomètres de Briançon –, elle se tord dans tous les sens sur le siège avant. Elle souffre. Les contractions sont là, elle hurle de douleur. J’accélère. Courage Marcella, nous sommes tout proches…

22h10. À l’entrée de Briançon – au champ de Mars – je suis arrêté par un barrage de douane. J’enrage. Nous sommes à 500 mètres de l’hôpital, dans une situation d’urgence absolue. Ils sont une dizaine à orchestrer le contrôle de police et à dérouler la litanie des questions habituelles, parfaitement inappropriées et malvenues en la circonstance. « Qu'est-ce que vous faites là ? Qui sont les gens dans la voiture ? Présentez nous vos papiers ? Où est-ce que vous avez trouvé ces migrants ? Vous savez qu'ils sont en situation irrégulière ? Vous êtes en infraction ! ».

Bloqués par le barrage de douane

J’insiste pour qu'ils me laissent emmener Marcella à l’hôpital en leur expliquant qu'elle est en danger. Les douaniers m’opposent un refus catégorique. Inspirée, l'une d'entre eux me lance « mais comment savez-vous qu’elle est enceinte de 8 mois et demi ? » avant d’enchaîner « et puis, quelles compétences avez-vous pour vous permettre de juger du degré d'urgence de la situation ? », « Vous n'êtes pas une femme, vous ne savez pas ce que c’est ». J’ai beau lui rétorquer que je suis pisteur secouriste, que j'ai quelques notions de secourisme me permettant d'être à même d'évaluer une situation d’urgence, elle ne m’écoute pas. Rien à faire, la voiture ne repartira pas.

Autour de la voiture, ça rigole franchement. Marcella continue de serrer les dents, son mari essayant de l’aider comme il peut. Pas un regard, pas un mot, pas le moindre petit geste d'attention de la part des douaniers. La maman continue de se tordre sur le siège passager, les enfants pleurent sur la banquette arrière. J'essaye de garder mon calme. Cette situation me révolte.

Les douaniers finissent par appeler le procureur pour savoir ce qu'ils doivent faire. Longs moments de flottements. Finalement, ils prennent la décision d'appeler l'Officier de Police Judiciaire (OPJ) de permanence à la Police aux Frontières qui arrivera quelques minutes plus tard.

23h15. Marcella se plie de douleur. Les pompiers arrivent et séparent la famille : la maman est emmenée à l’hopital tandis que les enfants et le papa restent avec moi. Ils se mettent à pleurer, car ils ne comprennent pas ce qu'il se passe.

Le « premier bébé des maraudes » est né

Nous sommes conduits dans la foulée au poste de police de Briançon, tels des criminels, escortés par la voiture de l'OPJ à l'avant et un fourgon de la douane à l’arrière. Après la fouille de mon véhicule et de mes affaires personnelles, le contrôle de mon identité, et une série de questions diverses, on me remet une convocation en audition libre pour le mercredi 14 mars à 9h à la Police aux Frontières (PAF) de Montgenèvre. C'est à ce moment-là que les douaniers m'expliquent qu'ils étaient là pour arrêter des passeurs ! Vingt minutes plus tard, je quitte le poste de police. Il est près de minuit. Le lendemain matin, j'apprendrai par l’hôpital la tentative d’expulsion – vers l’Italie – du papa et des enfants pendant que Marcella était sur le point d'accoucher. L'hôpital a donc dû insister auprès de la PAF pour qu'ils reviennent dans les plus brefs délais. Celle-ci a fini par obtempérer, et dans la nuit la famille a été réunie.

Le premier « bébé des maraudes » est donc né à Briançon le 11 mars 2018. C'est un petit garçon, né par césarienne. Il s'appelle Daniel, comme son papa.

Le 11 mars au soir, le papa et les enfants sont placés par le 115 à Gap, à 100 kilomètres de Briançon, sans moyens de communication avec Marcella. De mon côté, il m'a été impossible d'obtenir leur adresse : au 115 on me dit que des instructions ont été données pour ne pas communiquer cette information – hautement sensible !

Le 12 mars, une soixantaine de militants s'est rendue devant le 115 de Gap pour manifester. Au bout d'une heure et demie de bras de fer, ils ont fini par obtenir l'adresse du papa et des enfants. Des militants lui rendront visite pour être sûrs que tout va bien, puis le ramèneront à Briançon. La capacité des douaniers à évaluer une situation de détresse et celle de l'administration à faire preuve d'humanité me laissent encore perplexe.

Comment peut-on, à ce point, perdre toute capacité de discernement ? À quel déni d'humanité peut conduire l'application bête et méchante des lois et des instructions ? Comment peut-on oser ne pas regarder avec compassion, ne pas daigner aider celui qui endure une souffrance de plus dans son difficile périple jusqu'à nous ?

Convocation de la Police aux frontières

14 mars. Devant les bâtiments de la PAF qui m'a convoqué ce jour-là, nous organisons une manifestation dans le but de dénoncer ce qui se passe sur cette frontière. À l'occasion, une personne a très justement rappelé, comment, pendant la dernière guerre, une résistante travaillant à la Préfecture de Paris fabriquait des faux papiers pour les juifs en danger dans l'intention de leur éviter la déportation, considérant que parfois, « désobéir, c'est se couvrir d’honneur »...

J'ose espérer que ce témoignage aura fait réfléchir les forces de « l'ordre » présentes en nombre ce jour-là. Je ne souhaite pas que le geste accompli par devoir le 10 mars au soir soit célébré. Tous les jours des militants solidaires prennent des risques et osent se porter au devant des migrants. Dans l'ombre, ils accomplissent aussi des gestes remarquables qui ont tout autant de valeur à mes yeux. Les maraudes ne sont que la partie émergée d'un réseau de solidarité envers les exilés mobilisant un grand nombre de personnes.

À ce jour, nous avons été une quarantaine d'individus convoqués à la PAF, inquiétés en raison du « transport de personnes en situation irrégulière » ainsi que pour avoir « facilité le maintien irrégulier sur le territoire français de personnes étrangères ». Aujourd'hui ce délit, qui avait été créé à l'origine pour lutter contre ceux qui font du business avec l'immigration clandestine, porte un nom, le délit de solidarité.

Il sert à intimider et à décourager ceux qui ont choisi simplement de rendre service, de porter secours, mais cela ne marche pas : « On ne peut rien contre la volonté d'un homme ».

Pour moi – comme pour beaucoup d'autres qui chaque jour prennent des risques – aller à la rencontre de ces exilés, leur donner à manger, à boire, les couvrir, leur donner des vêtements chauds, leur proposer un abri pour la nuit, leur parler, les écouter, quelle que soit leur nationalité, leur couleur de peau et leur situation, est un devoir, un geste d'humanité, un acte de fraternité. Moi qui suis un professionnel de la montagne, je fais le lien avec la formation que j'ai reçue et dans laquelle il est dit que l'initiative de secours aux personnes en danger en montagne est une obligation surpassant tous les autres textes de loi. N'importe quel montagnard aguerri vous le dira : en montagne on n'abandonne jamais quelqu'un en difficulté.

Criminalisation de la solidarité

Pour tous ces exilés, comme le dit Jean-Marie Gustave Le Clézio, la migration n'a rien d'une croisière en quête d'exotisme ou de sensations fortes. Ces gens sont des fugitifs et ils ne se retrouvent pas ici – à franchir des cols au péril de leur vie – par hasard. Il faut savoir par où ils sont passés, quels sacrifices ils ont faits, les dangers auxquels ils ont fait face, les violences qu'ils ont subies pour marcher jusqu’à nous, jusqu'à ce pays qui fait briller leurs yeux et qu'ils veulent atteindre coûte que coûte.

Quel soulagement d'ailleurs pour eux lorsqu'on leur dit « vous êtes arrivés » même si, au fond de nous, nous désespérons des obstacles qui les attendent encore ici.

Je ne peux pas croire que ces gens vêtus de leurs habits de pays chauds franchissant nos montagnes en hiver, après avoir traversé déserts et mer, au risque de perdre leur vie, aient eu le « choix ». Je crois que leur exil est un déchirement, puisqu’ils ont dû abandonner tout ce qui leur est cher, leur famille, leur amis, tout ce qu'ils possédaient…

L'objectif des maraudes est d'aider ces personnes en détresse, harassées par des années de voyage, apeurées, fuyant les dangers auxquels elles sont exposées dans leur pays et dont les droits élémentaires sont bafoués. Elles méritent bien notre admiration et notre respect, elles méritent qu'on les regarde, qu’on les considère. Pour toutes ces raisons, je souhaite qu'on en finisse avec cette criminalisation des actes de solidarité et d’humanité. Si comme d'autres, je suis amené à me plonger dans la nuit pour distribuer à manger, donner des vêtements, mettre à l'abri des personnes qui veulent demander la protection de la France, c'est aussi parce que l'État faillit à des devoirs.

La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme nous dit pourtant que tout homme a le droit de quitter librement son pays et de choisir avec la même liberté le pays dans lequel il souhaite vivre. Nous ne sommes que des « veilleurs, des passeurs, des colporteurs d’humanité ». Tous nous aurons besoin un jour ou l'autre que quelqu'un nous tende la main et nous nous rappellerons combien ce moment aura été fondateur pour nous. Les rencontres qui ont lieu dans nos montagnes contribuent aussi à nous forger, à faire de nous ce que nous sommes. Les sourires de ces exilés dans le froid de la nuit sont inestimables.

Les accueillir parce qu'ils « frappent à notre porte » est quelque chose de finalement on ne peut plus simple, modeste et humain, quelque chose que nous ne pouvons pas ne pas faire. Je pense que cela devrait être un devoir plus qu'un choix. Il est grand temps qu'une immunité humanitaire soit enfin accordée aux associations et citoyens dont les actions sont guidées par la seule volonté d'aider, de porter assistance et d'offrir un accueil digne et respectueux aux exilés, de défendre et protéger leurs droits auxquels porte atteinte chaque jour l'État français. Pour mettre la République en conformité avec les valeurs qu’elle proclame, Mesdames, Messieurs les députés : abolissez le délit de solidarité !

 

Photo : Benoît Ducos © DR