L'amour et la haine

L'amour et la haine

Clémentine Autain et François Ruffin. Tous deux sont députés de La France insoumise : l'une publie un texte émouvant sur sa mère défaillante et disparue, l'actrice Dominique Laffin, l'autre une violente diatribe contre le président.

Tout le monde n'a pas la chance de naître orphelin... C'est ce que l'on se dit en lisant les premiers chapitres du livre, bouleversant, de Clémentine Autain, Dites-lui que je l'aime, où elle évoque Dominique Laffin, « comédienne culte des années 1970 », morte à 33 ans quand sa fille en avait 12. Son icône de mère avait « la beauté du diable ». Sa mère ? « Ce n'était pas son meilleur rôle. » En effet. Souvenirs glaçants d'une enfance meurtrie dont les échos, douloureux aujourd'hui encore, blessent la femme combattante, députée insoumise, qui, trente années plus tard, s'efforce enfin par l'écriture de renouer avec elle comme avec son passé enfoui, congelé depuis des années.

On a mal avec l'auteur du réveil en pleine nuit dans l'appartement déserté, de ses attentes angoissées interminables à la sortie de l'école dans la loge de la concierge, de ces inconstances, de ces égarements maternels que l'alcool rendait toujours plus délirants. Au point de voir les rôles renversé ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine